• Légende

     

      Temps des sucres - La route des sucres

    Légendes

     

    Selon la légende, les Amérindiens ont été les premiers à découvrir « sinzibuckwud », le nom algonquin (une tribu amérindienne) pour « sirop d’érable », signifiant « tiré du bois ».

     

    Les Amérindiens utilisaient leur tomahawk pour faire une incision en forme de V dans les arbres. Ils inséraient ensuite des roseaux ou une pièce concave d’écorce pour faire couler la sève dans un récipient fait d’écorce de bouleau. Ils faisaient bouillir la sève recueillie dans des contenants d’argile pour obtenir le sirop d’érable.

     

    Ensuite, le sirop d’érable était bu comme un breuvage sucré ou utilisé en cuisine, car il renfermait une valeur énergétique et nutritive.

     

    Deux méthodes étaient utilisées à l’époque des autochtones pour concentrer la sève. Pour avoir un sirop plus transparent la méthode consistait à congeler la sève et on enlevait la glace qui se formait sur le sirop en répétant cette étape pendant quelques nuits. La deuxième méthode consistait à plonger des pierres très chaudes directement dans la sève et celle-ci s’épaississait par évaporation. On obtenait dans ce cas-ci un sirop de couleur plus sombre.

     

    Les premiers colons blancs et les négociants de fourrure ont introduit des chaudières de bois au processus ainsi que des bouilloires en fer et en cuivre.

     

    Plus tard, ils suspendront leurs chaudières à des chalumeaux faits à la main et introduits dans des trous percés dans les érables.

     

    Autant de tribus, autant de légendes amérindiennes expliquent comment cela a pu se passer…

     

     

    Légende du sirop d’érable

     

    Bien avant l’arrivée de Christophe Colomb, les tribus amérindiennes savaient comment recueillir la sève des érables et la transformer en sirop d’érable. Et à leur tour, les Amérindiens ont appris à nos ancêtres à fabriquer le sirop d’érable. Mais les Amérindiens, eux, comment ont-ils appris ?

     

     

     

    Une des nombreuses légendes raconte qu’un petit écureuil grimpa le long d’un tronc d’arbre, mordit sa branche et se mit à boire. Un Amérindien se trouvant au pied de cet arbre le regardait et se demandait pourquoi, puisqu’une source d’eau fraîche coulait tout près. Il imita l’écureuil en faisant une fente avec son couteau … surprise, l’eau qui s’en écoulait était sucrée !

     

     

     

    Jusqu’alors, sa tribu ne trouvait du sucre que dans les fruits sauvages. Et voilà qu’il existait un arbre qui pleure du sucre en larmes de cristal. En plus, il venait de découvrir un remède contre le scorbut dont les siens souffraient souvent au printemps.

     

     

     

    Tout ça parce qu’il avait regardé et imité un écureuil en train de se désaltérer avec la sève d’érable.

     

    Micmac

     

    Par une journée de tôt printemps, alors que le vent était encore frisquet, une vieille femme Micmac alla ramasser la sève des érables et, comme elle goûte meilleure chaude, elle en mit dans un pot qu’elle plaça au-dessus de son feu de teepee. Fatiguée, elle alla s’étendre pour se reposer. Lorsqu’elle se réveilla, le soir était déjà là. Dans le pot, elle trouva un sirop doré, clair et sucré.

     

    Algonquin

     

    Le chef prit son tomahawk de l’érable dans lequel il l’avait enfoncé la veille. Comme le soleil montait dans le ciel, la sève se mit à couler. Sa femme la goûta et la trouva bonne. Elle s’en servit pour cuire la viande: ce qui lui évita d’aller à la source pour chercher de l’eau. Le goût sucré et l’odeur douce furent très appréciés par le chef. Il appela le sirop dans lequel avait bouilli la viande, Sinzibuckwud, mot algonquin qui veut dire « tiré des arbres ».

     

    Iroquois

     

    Par un matin froid et piquant, il y a fort longtemps, un chef iroquois du nom de Woksis sortit de sa hutte. Puisqu’il devait aller à la chasse, il retira son tomahawk de l’érable dans lequel il l’avait plantée la veille au soir. Le tomahawk avait fait une profonde entaille dans l’arbre mais Woksis n’y fit pas attention. Il partit chasser.

     

    Un récipient en écorce de bouleau était posé au pied de l’érable. Goutte à goutte, la sève qui ressemblait à de l’eau s’écoula de l’entaille faite dans le tronc de l’érable et remplit le récipient.

     

    Le lendemain, la femme de Woksis remarqua que le récipient était plein. Pensant que la sève incolore était de l’eau, elle s’en servit pour faire un ragoût de gibier.

     

    Le soir venu, au souper, Woksis sourit et dit à sa femme: « Ce ragoût est délicieux. Il a un goût sucré. »

     

    N’y comprenant rien, la femme trempa son doigt dans le ragoût qui avait mijoté tout l’après-midi. Woksis avait raison: le ragoût était sucré. On venait de découvrir le sirop d’érable!

     

     

    Le dieu Nanabozho

     

    Il y a bien longtemps, du sirop pur, comme celui dont on arrose ses crêpes, coulait des érables. Lorsque le dieu Nanabozho y goûta, il le trouva tellement bon qu’il se dit que les habitants de la Terre n’apprécieraient pas ce sirop s’ils pouvaient se le procurer aussi facilement. Nanabozho ajouta donc de l’eau à l’épais sirop fourni par l’arbre, tellement d’eau que le liquide finit par ressembler à de l’eau sucrée. Il dissimula ensuite cette sève au plus profond de l’arbre. Depuis ce temps-là, les hommes doivent travailler fort pour obtenir du sirop d’érable.

     

     

    La légende de Nokomis (la Terre)

     

    Une légende amérindienne attribue la découverte du sucre d’érable à Nokomis (la Terre), grand-mère de Manabush, héros de nombreuses légendes indiennes. Nokomis aurait été la première à percer des trous dans le tronc des érables et à recueillir la sève. Manabush, constatant que cette sève était un sirop prêt à manger, alla trouver sa grand-mère et lui dit :

     

    « Grand-mère, il n’est pas bon que les arbres produisent du sucre aussi facilement. Si les hommes peuvent ainsi sans effort recueillir du sucre, ils ne tarderont pas à devenir paresseux. Il faut tâcher de les faire travailler. Avant qu’ils ne puissent déguster ce sirop exquis, il serait bon que les hommes soient obligés de fendre du bois et de passer des nuits à surveiller la cuisson  du sirop. »

     

    Manabush n’en dit pas plus long, mais craignant que Nokomis ne fût indifférente à ses paroles et qu’elle n’omit de prendre des mesures pour empêcher les hommes de devenir paresseux, il grimpa en haut d’un érable avec un sceau rempli d’eau et en versa le contenu à l’intérieur même de l’arbre, dissolvant ainsi le sucre qui se trouvait dans l’érable.

     

     

    « Le temps des sucre Une tempête hivernale s'abat sur le québec »

  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Mars à 09:23

    Bonjour mon amie

    Une suite très intéressante , merci Allison pour ce partage.

    As tu reçu les boutons ma belle ?

    Je viens de me rendre compte que j'ai choisi les mêmes que toi lol

    Bien sûr que je veux bien t'aider pour placer une image dans tes commentaires , je veux bien également te donner les mêmes fleurs que j'ai mis dans mes coms , pas de soucis , demandes moi ce que tu veux .

    Je te souhaite une très bonne journée.

    Gros bisous

    2
    Mardi 14 Mars à 10:34

    bonjour ma douce Allison une bien belle suite

    les indiens j adore

    je vais essayer de trouver du sirop d'érable

    tu vas bien ma douce , passes une belle journée

    fais attention a tes mains avec petit chat

    gros bisous Elyci

    3
    Mardi 14 Mars à 10:52

    Bonjour Allison .
    J'espère que tu vas bien ce matin et qu'il fait aussi beau chez toi que chez nous .
    Une petite visite rapide , car des obligations , pour te souhaiter un bon Mardi .
    Bisous de nous deux .

    Résultat de recherche d'images pour "bon mardi fleuri"

    4
    Mardi 14 Mars à 12:53

    Bisous Allison ! Il me faut goûter ce sirop d'Erable très "Canadien" dit-on ?

    5
    Mardi 14 Mars à 13:51

    Bonne semaine

    Le 17 Mars le temps passe si vite

    Bonne semaine

    BONJOUR BON MARDI
    Je reviens rapidement  car chez moi c'est toujours speed   !!
    Un petit coucou pour te souhaiter une excellente journée,
    Le soleil est là il nous apporte la lumière c'est que  du bonheur
    Gros bisous ton amie kikinette   

    Bonne semaine

    6
    Mardi 14 Mars à 15:19

    Coucou ma toute belle

    très très intéressant ton récit, j'ai beaucoup apprécié, ici, soleil, ciel bleu, le printemps arrive doucement

    Je te souhaite une très bonne journée, je t'embrasse très fort  Puce

    7
    Mardi 14 Mars à 16:36

    Bonjour Allison

    Une très belle suite, merci pour ce partage

    Belle journée pour toi, chez moi toujours très beau

    Gros bisous Jasmine...♥

    8
    Mardi 14 Mars à 17:18

    Coucou, merci pour tes nouvelles ma douce Allison, je vois que tu as encore un peu de chemin pour être complètement guérie. Quand tu parles de pompes se sont sûrement le Diskus poudre à inhalée. J'ai ça depuis 10 ans car j'ai été très tôt une petite asthmatique. Je connais bien. J'espère que tu vas vite aller mieux et que ta voix va devenir vite plus féminine hi hi ! Merci pour la suite et le partage de l'érable.

    C'est le printemps en avance et franchement ce n'est pas pour me déplaire.
    Le temps est comment par chez toi ?
    Ca me donne envie de siroter une menthe à l'eau, je t'offre quelque chose ?

    C'est toujours tellement agréable de venir chez toi. Tu as fait quoi de beau aujourd'hui ? On se voit plus tard en attendant prends soin de toi.
    Lolli

    9
    Mardi 14 Mars à 22:15

    Je passe te faire un petit coucou, je n'ai pas lu le texte au complet mais je reviendrai pour lire le reste car c'est très intéressant. J'ai encore très mal au ventre et au coeur, je vais aller m'étendre un peu. J'ai un rendez-vous vendredi pour un scan, lundi pour aller chercher mes lunettes, mardi pour mes impôts et jeudi pour voir le médecin qui me donnera les résultats du scan. J'espère que tu vas un peu mieux que moi, passe une belle soirée, bisou rose tendresse !

    agentprovocateur

      • Mercredi 15 Mars à 00:12

         

        Tu sais Roselie, 

        Plusieurs personnes sur Eklablog sont malades et font comme toi et moi.

        Je te l'ai écrit sur ton blog, ça me fatigue des choses négatives.

        Je n'ai pas besoin de cela dans ma vie, j'ai mon lot à porter 

        et je ne passe pas mon temps à en parler.

        Je t'ai dit de regarder une petite chose et de t'en faire une joie, 

        on ne peut pas avoir de grandes choses et ce que l'on a pas à notre âge,

        si on l'a bien ce sera presque un miracle.

        Trop parler de ses problèmes éloigne les gens . . .

        On en parle de temps à autre, mais pas tous les jours, surtout quand on sait 

        que l'on en parle à une personne qui a déjà ses problèmes.

        Allison

         

    10
    Mardi 14 Mars à 22:58

    pti bisous allison

    si tu voyageais tu irais ou ?

    moi en inde entendre le didgéridoo j 'adore un instrument de musique

    bisous amie

    11
    Mercredi 15 Mars à 06:36

    Coucou Allison

    J'ai bien eu tes mails , mais , ma boite ne veut rien entendre depuis 2, 3 jours , il me faut en changer je crois .

    Je vais tenter de te tel aujourd'hui mon amie

    De gros bisous



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :